etwas d'else

o s i e z << 2 o 1 6 >>  

 

 

résidence - expo La Nouvelle Manufacture - St Martin de Valamas (o7) avril-mai


l'ombre d'un mur


paroi d'osier


espace tressé


le mur des contemplations


oculus


grande spirale générative


un uovo in un uovo - 1


un uovo in un uovo - 2 (pygma 94)


le grand lierre & le vagin géant - tressage en famille


le campement du lierre


pygma 87


pygmae 88 & 55


spirale de houblon (6 ans d'age)


grande madone protectrice (pygma 95)


pygma 73 en robe de clématite


pygma 90 (l'acceuilleuse)


pygma 92 (salto arrière)


totems de paysan jivaro


 

Sculptures en tressages d’osiers

La question est celle de la «vivance» & de sa fragilité, celle de la beauté & de l’intelligence que peut générer la rencontre humble & patiente d’un homme & d’un arbre.

Les osiers, ce sont toutes les jeunes branches de diverses espèces végétales dont on utilise les qualités de souplesse, de légèreté & de foison pour fabriquer divers objets, mais comme ce sont des éléments vivants, il faut, pour les travailler, s’intéresser à leur dimension botanique, à leurs écosystèmes, à leurs rythmes de vie… il faut entrer en dialogue avec elles plutôt que les exploiter.

Le tressage, c’est une technique à main nue, connue depuis la nuit des temps dans toutes les civilisations, qui consiste à assembler des fibres entre elles, sur des principes ternaires, pour construire aussi bien des coiffures, des cordes, des paniers, des habitats, des ponts… ou des sculptures.

Il y a un troisième principe que je mets en oeuvre quasi systèmatiquement, c’est celui de la « suspensivité ».
Il s’agit non seulement de suspension dans l’espace, qui permet, à l’aide d’un simple fil, de jauger à la fois les équilibres & le mouvement, les forces & les formes que va prendre un tressage, de littéralement dessiner (dans) l’espace, mais aussi de suspension dans le temps, qui consiste à laisser en suspens l’oeuvre en cours, la laisser tournoyer au moindre courrant d’air, la laisser prendre sa place dans le lieu, se déployer ou se tranformer, la laisser interagir avec le visiteur… la laisser pousser parfois & parfois la laisser redevenir humus…  

c’est à un jeu avec tous ces éléments & quelques autres, que me convie La Nouvelle Manufacture, avec toute la générosité de ce lieu et de ses habitants. Je m’y livre, libre & consciencieux, espiègle & rigoureux, combinant la délicatesse d’un méristème à la puissance de la gravité pour tresser des équilibres subtils entre nature & culture, espace & objet, matère & pensée, imaginaires & savoir-faire…

 

juL McOisans
résidence-expo - La Nouvelle Manufacture à St Martin de Valamas

avril-mai 2o16